Courir en étant enceinte, bonne ou mauvaise idée ?

Le running est revenu à la mode ces dernières années et voit le nombre de pratiquants exploser. Si courir est bon pour la santé et permet de faire du sport, qu’en est-il de la course pour une femme enceinte ?

Grossesse et course

On peut légitimement se demander si la course à pied est une bonne chose pour une femme qui attend un bébé. Aussi, pensez à toujours consulter votre médecin traitant, votre gynécologue ou votre obstétricien pour répondre à cette question en fonction de votre passif, votre activité sportive et votre grossesse. Chaque femme est unique, chaque grossesse l’est aussi. De même, en cas de douleurs ou de saignements, consultez sans plus attendre votre spécialiste.

footing et grossesse

Courir enceinte ?

Qu’on le dise une fois pour toute, le sport et, à fortiori, le running, n’est pas une activité interdite pour les femmes selon le Dr Pascale Desautels, gynécologue-obstétricienne.

« Si vous êtes en bonne santé, que vous n’avez aucune contre-indication connue, et que vous couriez de façon régulière avant la grossesse, vous pouvez continuer la course à pied. »

Cependant, il faut émettre quelques réserves. Si vous êtes une habituée de la course à pied et que vous êtes habituée à courir régulièrement, vous pouvez continuer à courir. Il vous faudra seulement réduire la durée et l’intensité de vos entraînements tout en vous assurant d’avoir suffisamment d’oxygène. A l’inverse, si vous êtes peu pratiquante, arrêtez de suite cette pratique, pour votre bien et celui de votre bébé.

Le sport est bénéfique

Garder une forme physique et un tonus musculaire reste bénéfique pour la femme enceinte. La pratique du Running raisonnable et équilibrée permettra notamment :

  • D’optimiser le système cardio-respiratoire en permettant une excellente oxygénation de la mère et de l’enfant
  • De maîtriser votre prise de poids lors de la grossesse
  • D’améliorer l’élasticité de votre peau et de réduire les risques de vergeture
  • De maximiser la circulation sanguine et les échanges sanguins avec bébé tout en améliorant le retour veineux
  • D’entretenir la musculature générale et notamment abdominale
  • De développer l’endurance
  • D’accroître l’équilibre psychologique tout en réduisant le sentiment d’anxiété
  • D’optimiser votre respiration et le déroulement de l’accouchement

D’autre part, une activité physique enceinte vous permettra, après l’accouchement, de retrouver la ligne plus rapidement et facilement tout en facilitant la récupération fonctionnelle du périnée.

Recommandations pour la course enceinte

Pensez à vous habiller avec des vêtements souples et élastiques. Prévoyez de bonnes chausses de course, un soutien-gorge adapté au sport et une ceinture de maintien qui protégera votre ventre et le bas du dos. Rajoutez à cela un petit sac à dos ou une ceinture pour vos réserves d’eau. La grossesse vous oblige à avoir un régime alimentaire diversifié et équilibré pour optimiser votre poids et éviter les risques, notamment le retard de croissance fœtale provoqué par l’hypoglycémie. Lors de la séance de sport, pensez à vous hydrater beaucoup avant, pendant et après l’effort. Un en-cas sera probablement nécessaire pour éviter la fatigue musculaire : un fruit type banane, une barre de céréales ou, mieux, des fruits secs sauront vous rebooster. Pour vos repas, conservez une alimentation saine et ajoutez du potassium pour limiter les crampes en consommant des légumes, des fruits et de la viande. Pendant l’effort, soyez toujours certaine de ne pas dépasser vos limites. Si vous ressentez un essoufflement ou que votre vision se trouble, faites une pause active pour retrouver votre souffle. Les spécialistes préconisent aux femmes enceintes de courir tant qu’elles peuvent parler pendant l’effort et que le temps de récupération n’excède pas un quart d’heure.

Comment s’entraîner pendant la grossesse sans risque ?

Pratiquer la course à pied en étant enceinte est donc possible pour les pratiquantes régulières. Il faudra cependant limiter les risques.

  • Choisissez votre séance de course en fonction du temps : ne courrez pas par temps chaud ou s’il fait trop humide.
  • Vous aurez plus chaud que d’habitude en faisant du sport, évitez de vous couvrir trop.
  • Privilégiez les distances de course pour lesquelles vous êtes habituée.
  • Courrez sur des terrains propres et adaptés à la course à pied, si possible de la terre battue plus délicate pour les articulations.
  • Prévoyez des spots « arrêt pipi ».
  • Courrez à proximité de votre domicile pour pouvoir rentrer vite en cas d’imprévu ou, au moins, d’un endroit fréquenté en cas de pépin.
  • Demandez conseil encore et toujours au spécialiste qui suit votre grossesse, plus particulièrement si vous souhaitez participer à un événement sportif.
  • Faites du gainage : le poids du bébé impactant sur tout le corps, une femme enceinte devra réaliser des exercices de gainage pour renforcer son tronc et maîtriser son plancher pelvien.

Courir enceinte jusqu’à quand ?

Jusqu’à quand pratiquer la course quand on est enceinte ? La réponse est assez personnelle dans tous les cas mais voici de quoi vous permettre d’y voir plus clair. Vous pouvez continuer à courir si tout se passe bien pour vous. Autrement dit, si vous êtes une runneuse accomplie, si vous n’avez pas de saignements, de fuites de liquide amniotique, de contractions prématurées ou d’ouverture prématurée du col. Dans l’absolu, on note que bon nombre de sportives enceintes stoppent leur programme d’entraînement à partir du 3ème moi. La course peut provoquer des douleurs dans le ventre et des saignements à mesure qu’il grossit avec bébé. Si vous hésitez ou que vous ressentez une gêne, plutôt que de courir enceinte, préférez une marche active ou de la marche. Cela vous permettra de continuer à vous entretenir tout en limitant les risques. D’autres futures mamans préfèrent arrêter de courir pour éviter les risques de collision ou de chute, le petit être sous le nombril modifiant le centre de gravité et favorisant des pertes d’équilibre. Courir est un sport d’endurance et les secousses provoquées lors de la course peuvent aussi être sources d’entorses. Enfin, certaines complications lors de la grossesse sont des contre-indications absolues pour la course à pied, notamment le placenta praevia. Dans ce dernier cas, la femme enceinte devra se ménager pour éviter les accouchements prématurés, l’activité physique pourra même être interdite par son obstétricien.

3 questions ultimes

Pour savoir si vous êtes en mesure de continuer à pratiquer la course à pied durant votre grossesse, ces trois questions feront office de test final :

  1. Votre alimentation est-elle équilibrée ?
  2. Faisiez-vous au minimum 3 sessions de 20 minutes par semaine depuis plus de 6 mois avant votre grossesse ?
  3. Pensez-vous connaître vos limites et baisser l’intensité de votre entraînement si besoin ?

Vous répondez positivement à ce trio de questions sans hésiter ? Alors, avec l’accord du personnel soignant et sous réserve de l’absence de contre-indication médicale, vous pouvez continuer la course à pied en étant enceinte.

Partagez cette page !